#RpNdar6# PROCESSUS D’UNIFICATION DE L’AFRIQUE ET INTEGRATION REGIONALE : BILAN ET PERSPECTIVES

Ayant subi, pour la quasi-totalité, la traite négrière puis la colonisation, les peuples d’Afrique se sont résolus à conquérir leurs indépendances qui eurent lieu pour la plupart à partir de 1960. Mais, très vite, les nouveaux Etats africains vont entamer un autre chantier qui est celui de l’unification du continent.

Cependant, des divergences vont aussitôt survenir quant à la manière de réaliser cela. Pour certains dirigeants africains qualifiés de révolutionnaires, il faut réaliser tout de suite les Etats-Unis d’Afrique. Pour d’autres, qualifiés de réformistes, l’unité politique du continent n’est pas envisageable maintenant. Ces deux positions ont poussé certains analystes à raisonner en termes de Groupe de Casablanca et de Groupe de Monrovia. D’autre préfèrent qualifier les uns de panafricanistes maximalistes et les autres de panafricanistes minimalistes.

En tout état de cause, à la lumière des conclusions de la conférence de Lagos de 1962, il apparaît que l’unité de l’Afrique fut une préoccupation partagée par les deux camps.

La naissance de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) à Addis-Abeba le 25 mai 1963 formalise le compromis entre les deux camps. Toutefois, certains y voient la victoire de l’Afrique des Etats sur celle de l’unité. Le moins qu’on puisse dire aujourd’hui c’est que l’Afrique compte beaucoup d’organisations d’intégration. Dans le seul domaine économique, on en compte une quinzaine ; ce qui pousse Sylvie Brunel à affirmer :

« l’Afrique tient le record du nombre d’organisations censées favoriser les regroupements régionaux » (BRUNEL Sylvie, Le gaspillage de l’aide publique, Paris, Editions du Seuil, 1993).

Au vu de tout cela, il convient de s’arrêter et de tirer un bilan du processus d’unification de l’Afrique et de l’intégration régionale, cinquante-trois (53) ans après la naissance de la première organisation à vocation continentale en l’occurrence l’OUA, remplacée en 2000 par l’Union africaine (UA). Ce sera aussi l’occasion de dresser de nouvelles perspectives pour arriver à l’unité du continent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *