Jeunes et stratégies de résilience à la violence et à la criminalité en Afrique de l’Ouest

L’Afrique est le continent le plus jeune au monde. Les moins de 15 ans représentent 41% de sa population totale (Pison, 2015). Cette proportion atteint 47 % au Mali, 45 % au Burkina Faso et 42 % au Sénégal alors que la moyenne mondiale se chiffre à 21 % (Pison, 2016). Les jeunes représenteraient plus de 64% de la population ouest africaine (UNFPA; 2016). La configuration de la structure par âge de la population assortie d’une croissance démographique importante impose aux états africains des investissements démographiques énormes. Ces investissements correspondent au « capital qu’il faut créer, il par suite d’un accroissement de la population, afin de maintenir constant le niveau de vie » (Henripin, 1968).Sur le plan économique, ces investissements démographiques constituent un lourd handicap dans la capitalisation du progrès économique et social. En revanche, la «problématique de la jeunesse » peut être aussi analysée dans une perspective plus positive : celle de la capture du dividende démographique. […]

L’industrie culturelle comme vecteur de résilience des jeunes face à l’extrémisme violent : Artistes Unis Contre l’Extrémisme Violent – « Non à l’extrémisme violent ! »

L’industrie culturelle peut être un bon moyen pour lutter contre la violence des jeunes. Elle a largement démontré ses capacités à fournir aux jeunes les moyens de combattre pour des sociétés justes et équitables. Depuis le début de cette décennie, le groupe Y’en a Marre au Sénégal ou le Balai citoyen au Burkina Fasso comptent En savoir plus surL’industrie culturelle comme vecteur de résilience des jeunes face à l’extrémisme violent : Artistes Unis Contre l’Extrémisme Violent – « Non à l’extrémisme violent ! »[…]